17 mai – 17 juin : que s’est-il passé pour Béton Fertile ?

Bonjour à toutes et à tous !

Un mois s’est écoulé depuis notre dernier article de blog. Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne s’est rien passé pour autant 😉

D’ailleurs, si vous souhaitez avoir des nouvelles plus souvent, notre compte Instagram est mis à jour assez fréquemment :

https://www.instagram.com/betonfertile/

En effet, ce mois a été plutôt bien rempli pour Béton Fertile. En voici les éléments marquants !

 

Mardi 21 mai – Mercredi 22 mai

Le mardi 21 mai, sur le temps de midi, nous avons inauguré les premières visites des ruches du Centre de congrès Prouvé avec des membres du personnel.

Visite des ruches du Centre Prouvé

Et le lendemain, c’était le tour des membres du personnel du CNFPT-Délégation de Lorraine de visiter les ruches installées sur leur bâtiment.

Visite des ruches du CNFPT

Lors de ces deux visites, les personnes présentes ont eu l’occasion de découvrir les différents habitants de la ruche, de reconnaître ce que contenaient les différents cadres – alvéoles, miel, couvain, pollen – et même de manipuler en s’exerçant aux bons gestes pour devenir un jour autonomes dans les visites de ruches.

Et, cerise sur le gâteau, à chacune de ces deux visites, les deux groupes ont pu admirer une reine accompagnée de ses suivantes !

Vive la reine !

Jeudi 23 mai

Nous étions présents au Brunch “Entre urbanisation et biodiversité : quels place et rôle pour la nature en ville ?” à AgroParisTech Nancy. 

Brunch “Entre urbanisation et biodiversité”

Participaient à cette table ronde des personnalités de la recherche universitaire spécialisées en écologie forestière et en foresterie urbaine, le directeur des parcs et jardins de la ville de Nancy, le fondateur de la société OrgaNeo, ainsi qu’un architecte-designer.

Ils ont évoqué tour à tour les services écosystémiques rendus par la nature en ville, les îlots de chaleur urbains, les villes résilientes, les différents programmes de plantation d’arbres et de soutien à la biodiversité lancés notamment à Nancy.

Au terme de ce rendez-vous, il apparaît que la nature en ville est envisagée comme une nature “jardinée”, sur laquelle on veut avoir le contrôle, car les urbains peuvent avoir “peur” de la nature …

 

Samedi 25 mai

Béton Fertile tenait un stand dans l’écovillage mis en place par l’Autre Canal dans le cadre de son festival Bon Moment.

Le stand Béton Fertile au festival Bon Moment

Nous étions aux côtés d’autres acteurs tels que Echogestes Moselle-et-Madon, l’Atelier Dynamo, NoMégots, Biocop Nancy Le Goupil Vert, Le Florain, la Grande Epicerie Générale, Apis&Love et MOTE.

Cet événement a été pour nous l’occasion d’expliquer nos actions à de nombreux curieux, mais également aux autres exposants.

Ce fut également l’occasion de dévoiler notre logo, finalisé pour l’occasion !

Mercredi 05 juin

Nous étions invités à évoquer l’agriculture urbaine auprès des résidents de l’EHPAD Simon Bénichou dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable.

Lors de cet événement, organisé par Karine Bastien-Schneider, nous étions aux côtés de Recyclune, la recyclerie créée en 2016 à Lunéville, du Florain, et également d’Echogestes Moselle&Madon qui tenait un atelier Tawashi, ainsi qu’un repair café ouvert aux habitants du quartier.

Ce fut un grand honneur de pouvoir participer à la Semaine Européenne du Développement Durable à l’EHPAD Simon Bénichou ! Cet établissement a mis en place depuis plusieurs années déjà de nombreuses initiatives en agriculture urbaine : un potager, un poulailler, des ruches, des composteurs MOTE … Bientôt un module aquaponique ? 😉

 

Mais encore ?

En cette période printanière, nos activités ne se sont pas limitées à ces quelques dates ! 

Vous pourrez retrouver les nouvelles de notre module aquaponique, les jolies rencontres que nous avons faites, ainsi que le reste de nos aventures sur notre compte Instagram !

https://www.instagram.com/betonfertile/

La page Instagram de Béton Fertile

Nancy : un nouveau rucher en centre ville !

Ça y est, c’est officiel ! Nous avons installé un nouveau rucher dans Nancy !

Les ruches Béton Fertile sur le toit du Centre de congrès Prouvé

Les trois nouvelles ruches ont été installées sur le toit du Centre de congrès Prouvé, grâce à la motivation et l’implication de notre partenaire DESTINATION NANCY ! Un grand merci à vous d’avoir permis à ce projet de rucher d’aboutir !

Les abeilles en route vers leur nouvel emplacement

C’est pour nous une nouvelle étape de franchie avec cette installation de ruches en plein centre ville, à cette adresse particulièrement prestigieuse !

Les abeilles ont le champ libre !

Le personnel du Centre Prouvé, impliqué dans une démarche RSE, suit de près nos aventures dans lesquelles ils seront bientôt impliqués au premier plan : en effet, les initiations à la conduite de rucher commencent bientôt pour deux d’entre eux ! Première étape de ces visites, se familiariser avec l’équipement et visiter sa première ruche.

Nous profitons de cet article pour remercier chaleureusement le personnel de sécurité qui a su détecter la présence d’un essaim qui s’est posé à proximité des ruches la semaine dernière !

Bel essaim posé à proximité des ruches

Nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles de cette belle installation !

L’agriculture urbaine selon Béton Fertile

Selon nous, l’agriculture urbaine n’a de sens que si elle remplit plusieurs fonctions au sein de la ville.

En effet, la seule fonction de production vivrière se justifie très difficilement, notamment à cause des coûts de revient dus au coût du foncier et aux contraintes d’exploitation (petites surfaces, contraintes d’accès, entre autres).

Non, ce qui doit être pris en compte, c’est l’ensemble des bénéfices pour la ville et ses habitants.

Du coup, quelles pourraient être les autres fonctions de l’agriculture urbaine ?
 
Exemples de fonctions supplémentaires possibles :
  • dans le faire ensemble, créer des espaces de socialisation, de rencontre et d’échange
  • dans le cadre d’animations, éduquer : permettre aux grands et petits d’apprendre à faire pousser leur nourriture, et à consommer différemment
  • par le compostage/lombricompostage, réduire le volume des poubelles des ménages et des commerces, et donc réduire la facture de la collecte et du traitement des déchets ménagers
  • par la culture de plantes fixatrices, capturer le CO2 de l’air urbain et contribuer à assainir celui-ci
  • par la création d’un couvert végétal, réduire l’amplitude des chaleurs estivales intra muros
  • par l’utilisation de l’urine comme engrais (en dilution à l’arrosage, ou couplé au thé de lombricompost, en uroponie), contribuer à économiser l’eau potable en évitant de tirer la chasse d’eau
Comme on peut le voir dans les exemples ci-dessus, on peut distinguer au moins 2 temps principaux dans les interventions d’agriculture urbaine telle que Béton Fertile l’imagine :
  • Temps 1 : “faire du sol”, un temps qui se situe “avant” la plantation, et qui inclut des phases de compostage de gisements de déchets qui du coup (re)deviennent des ressources primaires
  • Temps 2 : planter/entretenir/récolter/multiplier, qui est finalement le temps de la plante, où l’on va retrouver les fonctions de captation de CO2, d’utilisation de l’urine-engrais, mais surtout de socialisation et de production de nourriture

Le temps 1, tel que décrit ci-dessus, ne fait pas vraiment penser à du jardinage. Il est pourtant essentiel. C’est pour ça qu’il est inscrit en 2e position dans nos objectifs : “Réduire/stopper l’export de matière organique hors de la ville”.

Mais il ne faut pas croire que ces matières se réduisent aux épluchures de légumes !

En effet, le processus de compostage nécessite un savant mélange de matières azotées (les matières “molles” , comme les légumes, les fruits, et leurs épluchures), et de matières carbonées (les matières fibreuses, comme le bois, les petits branchages, mais également les cartons et même les papiers genre essuie-tout et autres essuie-mains).

Donc, si l’on réfléchit en terme de gisement de ces deux types de matières carbonées et azotées, la ville nous apporte tout le nécessaire pour produire un sol riche et fertile.
 
Il reste tout de même un élément majeur à réunir tant pour le temps 1 que pour le temps de la plante, c’est de trouver des espaces !
Mais cela fera l’objet d’un prochain article 😉

Les abeilles entrent en ville !

Oui ! La semaine dernière, nous avons installé notre premier rucher urbain à Nancy !

C’est le fruit de notre partenariat avec le Centre National de la Fonction Publique Grand Est (CNFPT) – Délégation de Lorraine !

Au programme, production et extraction de miel, mais également sensibilisation du personnel et formation de deux agents à la conduite de rucher !

Situées à proximité du Bras Vert, les abeilles auront le loisir de butiner bon nombre de variétés d’arbres et arbustes.

Nous vous donnons rendez-vous plus tard dans la saison pour la dégustation de ce futur miel Made in CNFPT !

Longue vie à ce partenariat ! Merci de votre confiance !

 

Le matériel : ruches vides et palettes pour faire les bancs
Pose du brise-vue en osier
Les abeilles sont au travail !

Un pas après l’autre

Au vu de la liste des objectifs que nous nous sommes fixés, vous devez bien vous douter que nous ne les réaliserons pas en un jour.

Et puis certains objectifs sont d’ordre général, et d’autres sont plus spécifiques (comme l’objectif 6 : Transformer les haies “béton vert” en haies fruitières).

L’avantage avec les objectifs généraux, c’est qu’ils laissent une grande latitude dans l’action !

Nous avons déjà commencé à agir !

1- Ça fait deux ans environ que nous apprenons de nos prototypes de systèmes aquaponiques (systèmes à marées, avec des billes d’argile), qui sont des systèmes de culture hors-sol. Nous sommes même devenus plutôt bons pour tout ce qui concerne les siphons automatiques. Par contre, clairement, élever des poissons, ce n’est pas si facile que ça ! Du coup, nous n’avons pas encore expérimenté l’hyperproductivité promise par ce type de systèmes.

Un de nos prototypes de système aquaponique

2- Avec la saison apicole qui démarre bientôt, nous allons installer des ruches sur les toits de certains organismes à Nancy. Nous vous en dirons plus quand les premières ruches seront en place.

3- Nous avons déjà commencé à mettre en place un système de collecte de marc de café dans certaines entreprises et certains restaurants. Cette initiative en est à ses balbutiements, mais la collecte est fonctionnelle et ne demande qu’à être étendue.

En quoi ces trois initiatives contribuent-elles aux objectifs de l’association ?

1- Les systèmes aquaponiques sont clairement une solution de production de légumes hors sol adaptée aux petits espaces. 

Les objectifs auxquels contribuent cette initiative sont donc :

  • Objectif 1 : Révéler le potentiel nourricier de la ville
  • Objectif 3 : Retrouver des compétences (ou en acquérir de nouvelles dans ce cas précis)
  • Objectif 5 : Requalifier les espaces disponibles en plantations

2- Installer des ruches, élever des abeilles et récolter du miel sont des pratiques de la campagne. Mais pas seulement : les ruches des toits de l’Opéra de Paris en sont un exemple flagrant !

Les objectifs auxquels contribuent cette initiative sont donc :

  • Objectif 1 : Révéler le potentiel nourricier de la ville
  • Objectif 3 : Retrouver des compétences, celles qui consistent à prendre soin des abeilles
  • Objectif 4 : Permettre à chacun de se reconnecter avec la nature et le cycle des saisons, parce qu’élever des abeilles, c’est penser floraison et pollinisation, deux événements hautement saisonniers !

3- Le marc de café fait clairement partie des gisements de matière organique que l’on peut identifier en ville, de par la densité de restaurants et d’entreprises qui en génèrent en masse. Mélangé à d’autres matières et composté, il contribue à créer du sol.

L’objectif auquel contribue cette initiative est clairement le numéro 2 : Réduire/stopper l’export de matière organique hors de la ville

Et ensuite ?

Les prochaines initiatives naîtront de la rencontre avec les membres et des opportunités qui se présenteront à nous :

  • mise à disposition de terrains, d’espaces bétonnés ou goudronnés, de toitures, 
  • naissance de projets communs avec des partenaires publics ou privés

 

Donnons de la visibilité à nos actions, et les opportunités ne tarderont certainement pas à apparaître !

Yann Gensollen, Président de BETON fertile.